Archéologie : la France soutient la valorisation du patrimoine congolais

Former les archéologues congolais afin de leur permettre de valoriser leur patrimoine, c’est l’ambition du "séminaire-atelier" sur l’archéologie qu’organise du 20 au 30 septembre, à l’Institut français du Congo, le Service de coopération et d’action culturelle (SCAC) de l’ambassade de France au Congo, en partenariat avec le ministère français de la Culture de la communication et la Direction générale du patrimoine et des archives du ministère congolais de la Culture et des arts.

Des spécialistes congolais, sélectionnés par l’ambassade, vont suivre une formation de haut niveau pilotée par l’éminent professeur Jean Colet.

Le professeur Polet enseigne l’archéologie et l’histoire de l’art de l’Afrique subsaharienne à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne. Il est membre du Comité de pilotage de Réseau thématique pluridisciplinaire "Etudes africaines" (CNRS) depuis janvier 2005 et directeur de la revue Afrique : Archéologie et Arts.

La formation se veut une introduction scientifique à la démarche archéologique, de l’initiation théorique au travail de terrain. Elle se déroulera sous la forme de 9 séances de 5 heures, chacune articulée autour d’un thème prédéfini (« Comment connaitre ou reconnaitre l’existence d’un site archéologique ? » ; « Comment identifier, cartographier et classer son patrimoine archéologique ? », etc.) et donnera lieu à une attestation de suivi de formation.

La France, experte dans le domaine et très active sur les chantiers archéologiques du monde entier, désire partager ses connaissances avec les spécialistes congolais de l’archéologie, dans le cadre de la coopération et de l’amitié franco-congolaise. En diffusant son expertise par le biais d’une formation structurée, le ministère français de la Culture et le ministère français des Affaires étrangères et européennes espèrent créer une dynamique qui, à terme, permettra aux futurs archéologues congolais de valoriser eux-mêmes leur patrimoine historique et culturel.

Vecteur de dialogue avec les sociétés civiles et les autorités, les missions de recherche en archéologie soutenues par le ministère français des Affaires étrangères et européennes contribuent à la connaissance des sociétés et des territoires des pays partenaires, à la mise en place et à la gouvernance des institutions administratives et de recherche en charge de l’archéologie, à la formation des cadres et des chercheurs nationaux.

Avec l’accélération des échanges liée à la mondialisation et les nouvelles menaces émergentes, l’archéologie fait face à des enjeux dans lesquels la diplomatie joue un rôle central : le sauvetage des hauts lieux de civilisation menacés par le changement climatique ou les hommes, le maintien du dialogue avec des peuples de pays fermés, la diffusion d’un modèle français passant par la formation de spécialistes du patrimoine qui assureront localement la relève et contribueront à la connaissance de l’égale dignité des cultures dans leur diversité.

Dernière modification : 22/09/2011

Haut de page