Célébration du 10e anniversaire de l’Ecole Génie Travaux

L’Ambassadeur de France en République du Congo a assisté, le 12 octobre, à la célébration du 10e anniversaire de l’Ecole nationale à Vocation régionale (ENVR) Ecole Génie Travaux (EGT) de Kintélé, en présence du Ministre de la Défense nationale, du Ministre des Zones économiques spéciales, du Ministre de l’Enseignement technique et professionnel, de la Formation qualifiante et de l’Emploi, ainsi que du Ministre en charge de l’Équipement et de l’entretien routier. Des membres du corps diplomatique, dont l’Ambassadrice de RCA et Doyenne du Corps diplomatique, l’Ambassadeur de l’Union européenne, l’Ambassadeur d’Italie, le Chargé d’Affaires de Belgique, ainsi que l’Attaché de Défense allemand et un représentant de l’Ambassade des Etats-Unis, étaient également présents.

Ministres et membres du corps diplomatique invités à la cérémonie du 10e anniversaire de l'EGT - JPEG

La cérémonie a débuté par une allocution du colonel Malonga, premier Directeur général de l’Ecole, qui a rappelé le contexte historique de la création de l’EGT. Puis l’assemblée a assisté à la diffusion d’une vidéo comprenant des témoignages d’élèves diplômés, avant que le colonel Immath Mouyoki, actuel Directeur général, ne procède à la présentation de l’établissement. Ensuite, l’Ecole avait organisé, pour l’ensemble des invités, une visite guidée avec démonstration de chacune des formations dispensées au sein de l’établissement.

Démonstration des formations dispensées à l'EGT - JPEG

Née de la volonté des Chefs d’Etats français et congolais, Jacques Chirac et Denis Sassou Nguesso, et créée le 19 octobre 2006 suite à la signature d’une convention entre les deux pays, l’EGT a ouvert ses portes en octobre 2009 avec comme principaux objectifs :
-  la formation des agents de la force publique, ainsi que les civils, dans les domaines du génie travaux, afin de leur permettre de conduire des opérations de construction et de réhabilitation d’infrastructures, dans une perspective principalement humanitaire ;
-  la formation des personnels, afin de contribuer au soutien des opérations de maintien de la paix (OMP) ;
-  la participation à la reconversion des agents de la Force publique ;
-  le développement des chantiers de soutien aux populations civiles par la mise sur pied de structures dédiées ;
-  la lutte contre le chômage des jeunes en assurant des formations qualifiantes au profit des civils.

Partenaire privilégié depuis sa création, la France participe à la pérennisation et à la montée en puissance de cette ENVR en accompagnant la partie congolaise vers une totale autonomie de fonctionnement à moyen terme. Sa contribution pluridimensionnelle permet d’apporter des réponses concrètes aux problématiques rencontrées sur le terrain : infrastructures, assainissement, fournitures en eau et en énergie, travaux de construction et d’entretien routiers

Ainsi, conformément à la dernière convention bipartite, signée le 15 avril 2019 dernier, les stagiaires de l’école provenant de 18 pays d’Afrique bénéficient d’un soutien financier par l’attribution de bourses d’étude. Chaque stagiaire se voit doté d’équipements de protection individuels (EPI), de produits de première nécessité, de fournitures scolaires et de denrées alimentaires. Enfin, deux coopérants français permanents, conseillers du commandement, apportent un soutien dans la gestion quotidienne de l’école. Ils peuvent être renforcés par des missions d’experts (ME) afin d’assurer un soutien technique et pédagogique dans les différentes filières.

L’EGT, « Centre d’excellence de la CEEAC » depuis 2013, doit apporter une réponse concrète aux besoins opérationnels de la Force africaine en Attente (FAA) de l’Union africaine (UA). Alors que plus de 2000 stagiaires y ont été formés depuis sa création, l’Ambassadeur de France en République du Congo, M. François Barateau, s’est félicité de la montée en puissance de l’école et a réaffirmé le soutien de la France à son développement à venir, « espérant que d’autres partenaires viendront lui donner encore plus de dimensions ».

La France encourage également le développement de nouvelles filières, comme le lancement, en 2018, d’un cours de perfectionnement des officiers subalternes (CPOS), permettant à ces officiers de commander des unités de génie travaux ou de servir comme conseiller en état-major.

En juin 2019, une nouvelle page de l’histoire de l’Ecole a été écrite, avec la signature d’une convention entre l’Ecole du Génie d’Angers et l’EGT, une étape importante qui participe à l’amélioration de la formation et renforce le rayonnement de l’Ecole au sein des 18 pays d’Afrique qui y sont abonnés.

M. l'Ambassadeur de France en République du Congo et l'Attaché de Défense français - JPEG

Dernière modification : 22/10/2019

Haut de page