Commémoration de l’Appel du 18 juin

Dans le cadre de l’anniversaire de l’Appel du 18 juin 1940, discours fondateur de la Résistance française contre l’occupation allemande, une cérémonie commémorative s’est tenue dimanche au square de Gaulle dans le quartier de Bacongo, à Brazzaville, qui fut capitale de la France libre entre 1940 et 1943.

Étaient présentes aux côtés de l’Ambassadeur de France, M. Bertrand Cochery, de nombreuses autorités civiles et militaires, au premier rang desquelles, le ministre de la Défense nationale M. Charles Richard Mondjo, le directeur de l’Office national des anciens combattants le colonel Pierre Obou et l’Administrateur-Maire de Bacongo Mme Simone Loubienga, représentant la mairie de Brazzaville.

Assistaient également à la cérémonie, les représentants des Ambassades de République Centrafricaine, Cameroun, Allemagne, Italie, Russie, Etats-Unis, Tchad, Gabon, Chine et de la délégation de l’Union Européenne.

La commémoration de l’Appel du Général de Gaulle a débuté par la remise de décoration. L’attaché de défense, le colonel Christian Piot, a décoré cinq anciens combattants congolais de la Croix du combattant.

S’en est suivie la lecture solennelle du discours de l’Appel du 18 juin. Prononcé par le général de Gaulle sur les ondes de la BBC, il dénonce les conditions de l’armistice signé par la France et appelle tous les Français libres à continuer le combat contre l’Allemagne nazie.

Puis après le Chant des partisans, les autorités civiles et militaires ont procédé au dépôt de plusieurs gerbes de fleurs. Les clairons ont interprété la Sonnerie aux morts. Après une minute de silence, la Marseillaise et la Congolaise ont été jouées par les Forces Armées Congolaises.

La commémoration du 77ème anniversaire de l’Appel du 18 juin 1940 s’est achevée après que l’Ambassadeur, le ministre de la Défense nationale, le directeur de l’Office national des anciens combattants et l’Administrateur-Maire de Bacongo soient allés saluer les invités, les anciens combattants, les veuves et le haut commandement militaire congolais.

Une réception a ensuite été donnée à la Case de Gaulle.

Célébrer cet Appel du 18 juin à Brazzaville revêt un caractère tout particulier car la capitale du Congo était aussi celle de la France libre, et constituait donc une base importante de la résistance française.

Dernière modification : 20/06/2017

Haut de page