Ecole nationale à vocation régionale « génie travaux »

Projet phare de la coopération de défense franco-congolaise, l’école génie-travaux est l’une des 14 écoles nationales à vocation régionale (ENVR) implantées en Afrique francophone. Co-localisée avec l’académie militaire congolaise à Makabandilou, dans la périphérie de Brazzaville, l’école génie-travaux a ouvert ses portes aux militaires congolais en 2009 avant de prendre le statut d’ENVR et d’accueillir ses premiers stagiaires non-congolais en 2010.

Elle forme les trois catégories de personnel, hommes du rang, sous-officiers et officiers pour des stages de 2 à 39 semaines dans tous les métiers du génie civil.
Les jeunes officiers y effectuent leur formation d’application de 9 mois pour acquérir l’ensemble des savoir-faire nécessaires pour commander une section de génie travaux ou d’aide au déploiement. Après son accueil à l’école et un camp de « cohésion », le lieutenant est instruit pendant treize semaines sur les compétences de base de sa spécialité : préparation de l’engagement opérationnel de sa section, exécution de manœuvres de force, réalisation d’un pont, intervention sur un terrain pollué par des restes d’explosifs. La formation en travaux routiers dure ensuite douze semaines et se termine par la réalisation d’un chantier réel. Enfin, la formation en aide au déploiement permet en dix semaines l’acquisition des techniques de base du bâtiment.
Les jeunes sous-officiers suivent des formations de chef de groupe dans le terrassement et quatre corps d’état du bâtiment : maçonnerie, plomberie-métallerie, électricité, menuiserie-charpente. La formation de ces chefs de groupe dure huit semaines et vise à leur faire acquérir les compétences pour réaliser des petits travaux d’aménagement ou de réhabilitation, elle se conclut par un chantier d’application. Les sous-officiers supérieurs, plus expérimentés, bénéficient de stages de trois mois leur permettant de conduire des chantiers plus importants dans les mêmes domaines.
L’école forme les militaires du rang à la conduite et à l’emploi des engins de travaux publics : niveleuse, chargeuse, tracto-niveleur et pelle hydraulique. La formation des militaires du rang porte également sur les quatre corps de métiers du bâtiment des cursus sous-officiers.

Le développement de l’école se poursuit d’année en année par la multiplication du nombre de stages, l’augmentation progressive des effectifs et la diversification des formations proposées. Comptant 143 stagiaires en 2012, l’école génie travaux accueillera plus de 250 stagiaires militaires dont 80 congolais en 2017. Bénéficiant d’un double statut public-militaire et privé-civil, elle forme également de manière complémentaire 200 jeunes congolais non diplômés pour des métiers dans lesquels la main d’œuvre qualifiée manque.

Les dernières formations proposées qualifient désormais dans les filières « eau », « énergie », « topographie » et « laboratoire des sols ».
Enfin, le développement de l’école se poursuivra en 2018-2019 par la création d’une école de conduite poids-lourds et super-lourds, une école de déminage, et un cours de formation des commandants d’unité.

Les élèves de l'ENVR sur un chantier - JPEG

Dernière modification : 22/09/2017

Haut de page