Ghislain Pambou, le chant choral au service de la fraternité et de la réconciliation

Le chef du Chœur Credo compose, respire et vit pour sa passion : le chant choral. A 42 ans, Ghislain Pambou est à la tête du tout premier chœur congolais laïc avec un répertoire dédié à la musique classique et traditionnelle. Plus qu’un art, le chant est pour lui un vecteur de paix, d’unité et de fraternité dans son pays.

JPEG « On chante sans s’en rendre compte ! Quand on marche, on produit un rythme, tout notre corps est harmonie », s’exclame d’emblée Ghislain Pambou. Formé à l’Ecole des Beaux-Arts de Brazzaville, ce natif de Dolisie a consacré sa vie au chant choral comme action sociale.

Au sortir de la guerre civile des années 1990, il a créé la Chorale de la Marine nationale afin de réconcilier les populations civiles et militaires. Puis c’est en 2004 qu’il a lancé, avec son ami le père Alain Mindou, le Chœur Credo. « Après la guerre, les jeunes n’avaient plus d’endroit pour partager et discuter, notamment autour de la musique classique », explique-t-il. Les quinze choristes des débuts ont fait de la place aux nouveaux arrivants, et la chorale compte aujourd’hui vingt-cinq membres.

A travers le chant choral, il espère aussi promouvoir la polyphonie comme véritable richesse du Congo. Surtout, il souhaite en faire un facteur de développement afin de dépasser les clivages de toute nature, « sans distinction de race ou de religion ». Pour devenir un de ses choristes, il faut faire preuve de respect envers l’autre et avoir l’esprit de groupe. « Nous faisons du sport tous les samedis après-midis pour renforcer la cohésion du chœur », souligne Ghislain Pambou.

Professeur de musique au lycée Saint-Exupéry et de piano à l’Institut Français du Congo (IFC), le chef du chœur espère un jour avoir son propre orchestre, « pour être vraiment indépendant ». Il fait sien le mot d’ordre « le Congo a du cHœur », lancé à l’occasion du 14 juillet 2018 à la Case de Gaulle.

Soutenu par l’IFC depuis ses débuts, Ghislain Pambou a notamment fait partie du jury international du premier concours de chorales au début du mois de juillet. En novembre, il s’envolera pour la France afin de suivre une formation d’un mois avec le Chœur Accentus de Laurence Equilbey.

Répétitions publiques du Chœur Credo
Dans le hall de l’Institut Français du Congo, deux fois par mois.
Dans le Centre Ecole Saint Esprit, Avenue de la Paix, Moungali, trois fois par semaine (lundi et jeudi, de 18h à 20h et samedi de 16h30 à 20h).

Cours de piano
A l’Institut Français du Congo, tous les vendredis de 14h à 16h.

NB : l’IFC est fermé tout le mois d’août.

Dernière modification : 01/08/2018

Haut de page