Hommage au Sergent Malamine Camara

La cérémonie d’hommage au Sergent Malamine Camara, compagnon de Pierre Savorgnan de Brazza, s’est tenue à Brazzaville le dimanche 29 avril, en présence M. Denis Sassou N’Guesso, chef de l’Etat congolais, de M. Macky Sall, Président du Sénégal, et des Présidents M. Faustin-Archange Touadéra (République Centrafricaine) et M. Evaristo Carvalho (Sao Tomé et Principe).

Introduisant la cérémonie, Mme Belinda Ayessa, directrice générale du mémorial, a rappelé la rencontre, à Dakar, entre de Brazza, qui prévoyait de descendre le fleuve Congo, et le Sénégalais Malamine, laptot maîtrisant parfaitement les langues régionales africaines et le français.

Dieudonné Moyongo, ministre de la Culture et des Arts a ensuite souligné sur le rôle déterminant et les répercussions des actions du traducteur de De Brazza, une fois l’expédition arrivée, pour l’intégration de ses membres dans la société congolaise, et dans la création de la future capitale.

Ensuite, M. Bertrand Cochery, Ambassadeur de France au Congo, a remis aux deux présidents congolais et sénégalais les répliques des traités, du 10 septembre 1880, entre le Makoko (roi) Ilooh 1er et Savorgnan De Brazza, plaçant le territoire de la rive droite du Congo sous autorité de la République française ; le traité du 3 octobre confiant la garde du pavillon français et de la station de Ncouma (future Brazzaville) au Sergent Malamine, de même que le Procès-verbal de remise des traités (10 avril 1884) revêtu de la signature de Malamine. L’Ambassadeur, rendant hommage et justice au courage du Sergent Malamine, a célébré son rôle de trait d’union entre la mémoire du Congo, du Sénégal et de France.

Après, la lecture de la délibération du Conseil municipal par le premier secrétaire, M. Emma Clesh Atiopo Ngapi, le maire de Brazzaville M.Christian Roger Okemba, a remis au président M. Macky Sall, les décisions qui élèvent Malamine, au rang de citoyen d’honneur de la capitale.

Enfin, le président sénégalais a pris la parole afin de saluer cet artisan de l’histoire commune entre son pays, le Congo et la France. Il a salué la bravoure, la générosité et la clairvoyance politique de cet homme, que de Brazza avait laissé, par la suite, seul commandant du poste de M’Fa, future Brazzaville.

Dernière modification : 04/05/2018

Haut de page