Intervention de M. Stéphane Madaule, directeur de l’AFD à Brazzaville


JPEG
Excellence Monsieur le Président de la République,
Monsieur le Président du Sénat,
Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,
Monsieur le Ministre d’Etat, directeur de cabinet du Président de la République,
Mesdames et Messieurs les membres du gouvernement,
Mesdames et Messieurs les représentants du corps diplomatique,
Monsieur le Ministre de l’Equipement et des Travaux Publics,
Monsieur le Ministre à la Présidence de la République, chargé de l’Aménagement du Territoire et de la Délégation Générale aux Grands Travaux,
Monsieur le Député Maire de Brazzaville,
Mesdames et Messieurs les invités en vos grades et qualités,
Chers habitants des arrondissements 1 et 2 de Brazzaville,

En tant que Directeur de l’Agence française de développement à Brazzaville (AFD), au nom de Monsieur l’Ambassadeur de France qui aurait souhaité être là parmi nous, je suis très honoré et particulièrement heureux de participer aujourd’hui, en présence de son Excellence Monsieur le Président de la République du Congo et de tous ses invités prestigieux, au lancement des travaux de la route de la Corniche sud et de l’aménagement d’une partie des arrondissements de Bacongo et de Makélékélé.

Ce projet emblématique, dont on parlait depuis si longtemps, constitue le fil rouge de la coopération de l’AFD au Congo. Le financement de ce projet s’appuie directement sur les deux contrats de désendettement et de développement signés en 2010 et 2014 entre la France et le Congo pour un montant cumulé de plus de 230 millions d’euros. Cette coopération bilatérale très active s’appuie également sur la reprise des prêts souverains à partir de 2014.

Plus qu’une artère urbaine, c’est avant tout un programme d’aménagement de la ville de Brazzaville qui est à l’œuvre ici. Il vise à fluidifier la circulation, à désenclaver certains quartiers et surtout à améliorer le bien-être des populations. Il s’agit de créer de nouvelles infrastructures directement utiles aux populations de ces quartiers populaires. C’est effectivement sur ce double objectif que les Autorités congolaises et l’AFD se sont rencontrées pour bâtir ensemble, ici et maintenant.

Cette opération est exemplaire à plus d’un titre :

Elle intègre des critères environnementaux et sociaux renforcés en accord avec les impératifs de développement durable poursuivis conjointement par les Autorités congolaises et l’AFD ;

Une attention particulière est portée à l’évacuation des déchets accumulés pendant de nombreuses années sur le site. Leur traitement sera réalisé selon les normes les plus performantes répondant ainsi à un enjeu sanitaire crucial pour les populations ;

Un souci particulier sera apporté enfin à l’accompagnement des maraichers de la Corniche sud impactés par le projet, afin qu’ils retrouvent une nouvelle activité.

La concrétisation de ce projet confirme, pour l’AFD en particulier et pour la coopération française en général, le retour à un très haut niveau d’intervention, signe de confiance réciproque entre nos deux pays. En 2014, l’AFD a engagé près de 180 millions d’euros sur des d’opérations nouvelles. En 2015, les prévisions indiquent un même niveau d’engagements.

D’un montant de 80M€, soit environ 53 milliards de Francs CFA, les travaux de la route de la Corniche sud s’inscrivent dans cette nouvelle dynamique au service des projets voulus par les Autorités congolaises. Ils soulignent la capacité de coordination de nombreux acteurs clés et notamment :

La Délégation Générale des Grands Travaux, maitrise d’ouvrage mais également partenaire de l’AFD sur de nombreux programmes d’envergure dans les domaines de l’énergie, de l’assainissement, de l’eau potable et de la réhabilitation des quartiers précaires ;
RAZEL BEC, entreprise française en charge des travaux qui a remporté ce marché de plus de 70M€ ;
EGIS, filiale de la Caisse des Dépôts, qui assure la mission de contrôle, plus spécialement en charge du suivi technique, environnemental et social du chantier.

Cette nouvelle artère urbaine, qui prolonge le tronçon mis en œuvre par les Autorités congolaises entre la Case de Gaulle et le centre-ville, constitue un chemin d’avenir pour le Congo. Tout en mettant en valeur ce site majestueux qui surplombe Kinshasa, ce projet tournera résolument votre capitale vers le fleuve. Un fleuve source de vie, un fleuve source d’activité économique, un fleuve source de prospérité. On peut citer à son propos les potentialités qu’il offre en matière de tourisme, de transport fluvial, d’énergie, d’agriculture et d’alimentation…

Pour finir, ce sont maintenant les défis du futur qu’il convient de relever et notamment la consolidation du service de transport urbain afin d’améliorer la mobilité des Congolais.
On peut évoquer également les perspectives d’investissement en énergies propres, telle que l’hydroélectricité. Ces investissements permettraient une diversification de l’économie souvent mise à mal par les aléas des cours du pétrole. L’hydroélectricité est peut-être le pétrole congolais de demain, inépuisable, facteur d’émergence, si nous savons ensemble maîtriser le changement climatique. La COP 21 à Paris en décembre prochain nous y aidera certainement.

Pour conclure, cette cérémonie offre des perspectives prometteuses, tant pour le Congo que pour la coopération franco-congolaise, dans le cadre d’un partenariat élargi et renforcé, résolument tourné vers l’avenir et la modernité.
Je profite de cette occasion pour vous souhaiter bonne chance et pleine réussite dans le déroulement des Jeux africains de Brazzaville qui commenceront la semaine prochaine.

Je vous remercie de votre attention

Dernière modification : 28/08/2015

Haut de page