La santé

De façon générale, l’aide publique française est mobilisée, avec celle des autres partenaires techniques et financiers, dans le cadre du Plan National de Développement et selon les axes prioritaires promus par les autorités en matière de développement des secteurs santé et social.

Au plan des appuis multilatéraux soutenus par la France, le pays est éligible aux subventions du Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la Tuberculose et le Paludisme. Pour le triennum 2018-2020, 28 millions d’euros sont alloués pour la prise en charge des patients séropositifs et tuberculeux, ainsi que pour l’achat de moustiquaires imprégnées.

Au plan bilatéral, l’Agence Française de Développement (AFD) finance un programme de 4 milliards de FCFA (6 millions d’€) appuyant la gestion des ressources humaines en santé et la formation initiale des personnels paramédicaux (infirmiers, sages-femmes et techniciens de laboratoire).

Depuis 2016, un programme est mis en œuvre, financé sur C2D (contrat de désendettement et de développement) pour la formation des cadres hospitaliers en coordination avec Expertise France, l’Ecole des Hautes Etudes de Santé Publique de Rennes (EHSP) et l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris (AP-HP).

Enfin, le Département en charge du Travail et de la Sécurité sociale a engagé un vaste programme de mise en œuvre de la couverture des retraites, de la famille et de l’enfance en difficulté et de l’aide médicale gratuite (AMU). Avec la coordination de l’ambassade de France, ces travaux sont accompagnés par l’AFD (financement des études préliminaires), une Convention de coopération technique a été signée entre la CNSS congolaise et le RSI français, et d’autres partenariats/contrats sont en cours de négociation pour la gestion des ayants droits (carte d’assurés sociaux) et la gestion informatisée de cette nouvelle sécurité sociale, conçue sur le modèle français.

Par ailleurs, les ONG peuvent compléter leurs budgets d’interventions ciblées grâce à des fonds français. La Croix Rouge française (CRF) est bénéficiaire des fonds de l’AFD. D’autres associations sont financées par AFD/DPO (Fondation Pierre Fabre, ASLAV, IECD, Ordre de Malte France). On trouve également d’autres associations comme Samu social, ASI, et AIDES, Solidarité Sida qui réalisent des actions ciblées de terrain et reçoivent pour certains d’entre eux des financements par le Canal2 de l’Initiative 5% française, dont la mise en œuvre peut être appuyée par des volontaires français. Enfin, la coopération décentralisée développe des échanges entre établissements français et congolais grâce à des partenariats avec des établissements hospitaliers de Bordeaux, Le Havre, Marseille, ou Nancy.

Ces actions sont complétées par un dispositif de missions courtes d’expertise française, par des bourses du gouvernement français pour des spécialistes congolais (4 à 5 professionnels de santé par an réalisent des formations de haut niveau dans les hôpitaux français). Les appuis au renforcement des compétences sont assurés par des bourses d’études et de stage et l’échange d’expertise (BMI) : par exemple, des prises en charge de courte durée permettent aux professionnels de présenter leurs travaux lors d’évènements internationaux Au total, on compte à ce jour plus 50 « alumni-santé ».

Enfin, des opérations transversales, associant l’IFC et les ressources du SCAC, permettent de lier l’ensemble des interventions dans une stratégie globale d’appui au secteur de la santé. Par exemple, en 2016 et 2018 ont été organisées des Journées Nationales de Lutte contre les faux-médicaments avec la participation du professeur Gentilini, représentant la Fondation Chirac.

JPEG

Dernière modification : 31/01/2018

Haut de page