Mariusca Moukengue : la parole artistique et juridique pour libérer ses convictions

Mariusca Moukengue, jeune artiste et juriste congolaise, a choisi le slam pour exprimer la voix des femmes, entre combats, violence, espoir et amour.

Une femme entre deux mondes : « Le droit me permet de comprendre la société et l’art me permet d’aller au-delà »

Son premier monde, c’est l’art : à la fois sur scène, dans les ateliers de formation qu’elle anime et dans ses sessions d’écriture. C’est pour elle un monde d’adrénaline et d’engagement social.
Son parcours artistique a été guidé par son rêve de devenir aviatrice et par son goût pour l’expression orale. Écrire c’est pour elle parler, s’exprimer et s’ouvrir. Et lorsqu’elle le fait sur scène, elle se sent « voler », retrouvant son rêve d’enfant.

Son autre monde, c’est le droit : étudiante en droit, elle veut « défendre la cause des sans-voix » en ouvrant un cabinet de conseil. C’est pour cette raison qu’elle poursuit ses études supérieures parallèlement à sa vie d’artiste. L’art lui permet d’exprimer ses convictions et de véhiculer ses messages tandis que le droit lui donne les outils pour défendre ses engagements.

JPEG

Une formatrice : le projet Slamunité

Les ateliers Slamunité qu’elle anime sont guidés par un principe : « On ne peut pas construire l’humanité s’il n’y a pas pour base l’amour : l’amour de soi et l’amour des autres ».
Mariusca enseigne la prise de parole en public et la confiance en soi à des jeunes femmes et hommes pour qu’ils expriment ensuite leurs convictions et leurs différences. Car la différence, pour Mariusca, « c’est ce qui fait la beauté de l’humanité ».
Elle accompagne également ces jeunes à distance, à leur demande, en leur donnant des conseils et des avis.

Un parcours inspiré et inspirant

Son parcours est ponctué de rencontres qui continuent de la motiver, les premières étant avec son public. « Je n’aurais jamais imaginé avoir un public qui me soutient et qui vient m’écouter, et c’est ça qui me motive » affirme-t-elle. Mariusca a de l’inspiration pour toutes les femmes qui se battent pour leurs convictions. Parmi ses sources d’inspiration, elle cite Michelle Obama et Kimpa Vita : deux femmes aux parcours très différents mais dont les efforts et le travail l’inspirent. Elle a également de l’admiration pour sa mère, qui se bat chaque jour pour l’éducation de ses cinq enfants.

Mariusca Moukengue est auteure d’une pièce de théâtre, « L’envers d’un silence », mise en scène à trois reprises lors de festivals internationaux (à Matsina et à Dolisie) et à l’Institut Français du Congo. Elle a sorti son maxi single « Slamourail » le 10 novembre 2018, produit par Steve MAV et dont deux titres ont été réalisés en featuring avec la chanteuse Angel.
Actrice, elle a tenu le rôle principal dans « Bac ou Mariage » de Raliatou Tamsir Niane-Cochery, à l’IFC en février 2018. Elle est également une figure du spectacle « la Cinquième dimension ou la Geste d’Oshun » du projet H2K20 Humanity 2020 initié par Raliatou Tamsir Niane-Cochery.

Une femme engagée

Femme engagée, porter ses engagements en politique ne l’intéresse pas pour autant, car « le discours est plus libre dans l’art que dans la politique ». Pour Mariusca, l’art, c’est créer pour s’exprimer, et permettre aux femmes de s’exprimer, c’est permettre à la société d’avancer, soutient-elle. C’est pour cela qu’elle a organisé des ateliers d’initiation au slam et à l’art oratoire pour des femmes victimes de violence, afin qu’elles puissent mettre « des mots sur les maux ».
L’art est en tout cela nécessaire pour Mariusca, c’est sa manière d’agir pour « faire bouger le monde ».

Dernière modification : 29/03/2019

Haut de page