[Nuit des Idées à Brazzaville] L’exposition de Punch Mak en ligne

SOURCE DE LUMIÈRE (INTRODUCTION)

À bien analyser l’installation de Punch Mak, germe une sous-jacente théâtralisation : un attirail de moustiquaires et d’ampoules électriques, comme pour évoquer une certaine idée de la nuit, et, érigé à quelque hauteur, la toile d’une femme, a priori tirée du sommeil, dont la vue est frappée par le vif éclat de la lumière — qui vient du projecteur, en l’occurrence — et le corps traversé par des rayons —ici représentés par quatre festons de lampe.

La démarche renvoie à une figuration par symboles. C’est connu, la lumière est connaissance et vie, les ténèbres sont perdition. L’interpellation philosophique est justifiée par le fait que la femme sur la toile soit le seul sujet humain en exergue. Les moustiquaires sont vides. Donc, elle est seule portée par l’élan d’absolu qui exclut bien souvent la multitude.

D’un point de vue formel — et c’est là tout le caractère contemporain de son étalage —, l’artiste met en liaison l’homme avec son environnement immédiat par l’usage de l’électricité. Ses précédents travaux sur la source de lumière n’autorisaient que l’acrylique, d’autant qu’il ne faisait œuvre que dans la peinture. Néanmoins, la représentation de la femme, les couleurs rouge, jaune et violet, l’utilisation d’étoffes et la hardiesse de dévêtir — à moitié, du moins — ses sujets constituent une démarche réitérée.

Ouvrage sobre mais doublé d’une infinie subtilité, cette installation vaut bien le début d’une tournée dont l’évolution sera sans nul doute un perpétuel dépassement.

Emeraude Kouka, critique d’art

Dernière modification : 16/01/2018

Haut de page