Pour Annoncia Badiabio, les femmes manquent de modèles

« Je suis une femme, je suis jeune, et je n’ai pas grandi au Congo… Des handicaps, vous croyez ? ». Sûre d’elle, les yeux plein de malice, Annoncia Badiabio reconnaît qu’elle est une exception. A seulement 37 ans, elle est aujourd’hui Senior Manager Advisory Services (branche consulting) au sein du cabinet d’audit et de conseil EY, anciennement Ernst & Young, l’un des plus importants au monde.

JPEG « Ce n’est pas facile de s’imposer quand on est une femme », admet-elle. Pour Annoncia, la société est encore trop empreinte de culture matriarcale : « Les femmes sont avant tout considérées comme des mères, ce qu’il manque aux Congolaises ce sont de nouveaux modèles de leadership féminin ! ».

Guidée par la culture de l’excellence et la soif du challenge, celle qui a fait ses études en école de commerce en France et a notamment travaillé à l’Ecole Polytechnique, accompagne aujourd’hui le secteur privé et le gouvernement sur les problématiques de diversification de l’économie. Annoncia souhaite donc que l’enseignement et les formations professionnelles soient davantage mis en valeur. « Il faut que les mentalités changent pour que les femmes s’assoient à la table des décisions dans les entreprises ! », s’exclame-t-elle.

Revenue il y a trois ans dans son pays natal via le Club Affaires Afrique, un réseau de cadres issus de la diaspora francophone ayant vocation à favoriser l’investissement en Afrique, cette franco-congolaise dynamique est très engagée dans l’autonomisation des femmes. Elle a créé avec une amie, en 2008, le « Black Roses Network », un réseau socio-professionnel international destiné aux femmes francophones afro-descendantes. « Il existe de nombreux réseaux pour les noires anglophones, mais dans lesquels on ne se reconnaissait pas car en tant que francophones, nous avons une histoire et des influences culturelles différentes », explique-t-elle.

Surtout, elle aime soutenir l’ambition des jeunes femmes et mettre en valeur des nouveaux modèles de réussite à travers différentes initiatives. Fati Niang, grâce à la création de Black Spoon, le premier food truck africain de Paris, a été lauréate 2014 du prix African’Elles, catégorie féminine du prix de l’entrepreneur africain de France, co-organisé par Black Roses Network et AfricAngels (réseau africain d’investisseurs providentiels). Un exemple parmi d’autres... A qui le tour ?

Dernière modification : 04/04/2018

Haut de page