Première concrétisation de l’appui de la France à la gestion durable des forêts du Sud du Congo

Le 1er avril 2010, une cérémonie a été organisée, à Pointe-Noire, pour la signature, d’’une part, des protocoles d’’accord entre le Ministère du Développement Durable, de l’’Economie Forestière et de l’’Environnement (MDDEFE) et les sociétés forestières ASIA Congo, Taman Industries, Sino Congo forêts, Nouvelle Trabec et FORALAC, et d’’autre part, des contrats d’’assistance technique entre le Centre National d’’Inventaires et de l’’Aménagement des Ressources Fauniques (CNIAF) et ces mêmes sociétés forestières.

 

Les protocoles d’accord définissent les modalités de réalisation et de contrôle par l’’Administration des plans d’aménagement des unités forestières d’’exploitation concédées aux sociétés mentionnées ci-dessus.

 

Les contrats d’’assistance technique précisent les modalités de l’’appui du CNIAF aux entreprises pour l’’élaboration de ces plans d’’aménagement forestier.

 

La signature de ces accords marque la première concrétisation du programme de mise en conformité des concessions forestières du Sud avec les prescriptions du Code forestier adopté en 2000.

 

Cette cérémonie était placée sous la présidence du Directeur Général de l’’Economie Forestière, Monsieur Donatien N’’ZALA. Le Directeur du CNIAF, les Directeurs Généraux des sociétés et les Directeurs Départementaux des départements concernés étaient présents. Monsieur Xavier BLANCHARD, Directeur de l’’Agence Française de Développement a également participé à cette cérémonie qui marque une étape majeure du Projet d’’Appui à la Gestion Durable des Forêts (PAGEF) financé par l’AFD.

 

La démarche de mise en conformité des concessions forestières du Sud avec le Code forestier est rendue possible grâce aux appuis financés par l’’AFD dans le cadre du PAGEF. A cet égard, le gouvernement congolais a signé avec l’’AFD, le 28 octobre 2008, une convention de financement de 5 M €, soit plus de 3 Mrds FCFA, qui permet au CNIAF d’’apporter les prestations nécessaires aux entreprises.

 

La réalisation proprement dite des aménagements forestiers nécessitera, au-delà des appuis du CNIAF aux entreprises forestières, des dépenses à la charge de ces dernières, qui sont estimées globalement à environ 6 Mrds FCFA. L’’AFD envisage de contribuer, en coopération avec les banques de la place, à leur financement ainsi qu’’à d’éventuelles démarches d’’éco-certification et au développement des unités industrielles de transformation, voire de cogénération.

 

Cette première concrétisation du PAGEF et les perspectives qu’’elle offre montrent l’’engagement de la France à contribuer à la gestion durable des forêts du Congo, à la fois facteur de développement économique national et bien public mondial par leur contribution à la lutte contre le réchauffement climatique et à la préservation de la biodiversité.

Dernière modification : 29/04/2010

Haut de page