Signature du protocole d’entente Adapt’Action

Signature du protocole d’entente entre la République du Congo et l’Agence Française de Développement dans le cadre de la Facilité Adapt’Action pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris–mardi 19 juin 2018 à l’hôtel Radisson de Brazzaville.

Mme Arlette Soudan-Nonault, Ministre du Tourisme et de l’Environnement, l’Ambassadeur de France au Congo, Son Excellence Bertrand Cochery, et Lionel Cafférini, Directeur de l’Agence Française de Développement à Brazzaville, ont procédé à la signature d’un protocole d’entente entre la République du Congo et l’Agence Française de Développement dans le cadre de la Facilité Adapt’Action pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris.

Les effets du changement climatique font porter un risque majeur sur la réduction de la pauvreté et la prospérité des sociétés. Il y a urgence à agir en faveur d’un développement sobre en carbone et résilient au changement climatique, à tout mettre en œuvre pour stabiliser la température mondiale et adapter les économies et les sociétés aux effets d’un climat mondial déréglé.

JPEG

L’accord de Paris sur le climat a marqué, de façon historique, en décembre 2015, la reconnaissance par les pays du Nord et du Sud de la nécessité de faire évoluer les modèles de développement actuels.

C’est dans cet esprit, que l’Agence Française de Développement a créé la Facilité Adapt’Action, pour un montant total de 30M€, afin d’accompagner une quinzaine de pays, dont le Congo, dans l’opérationnalisation par la mise en œuvre de sa contribution déterminée au niveau national.

Les événements qui se sont succédés à Brazzaville au cours de ces derniers mois : Brazzaville finance climat, 3ème réunion de l’initiative mondiale pour les tourbières, et tout récemment le 1er sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la commission climat du Bassin du Congo, ont rappelé, l’importance des écosystèmes du Bassin du Congo, leur fragilité face à des dynamiques économiques souvent difficiles à coordonner, et les enjeux qu’ils représentent, pour le Congo et sa population, pour la sous-région mais aussi pour la planète entière.

Par la richesse de leur diversité biologique et grâce à des conditions uniques, de sols, de climat et d’hydrologie, les écosystèmes du Bassin du Congo constituent l’un des instruments les plus puissants de régulation du climat de la planète. Pour cela, il faut les préserver.

PDF - 416.9 ko
CP - Adapt’Action
(PDF - 416.9 ko)

Dernière modification : 20/06/2018

Haut de page