Un hommage à Georges Balandier à l’Institut Français du Congo

Un colloque en hommage à Georges Balandier, anthropologue disparu en octobre 2016, a été organisé vendredi 17 et samedi 18 mars par l’Ambassade de France avec le concours académique de Henri OSSEBI, ancien ministre et vice-président de l’association internationale de sociologie de langue française.
La cérémonie d’ouverture a été marquée par les allocutions du Maire-Député de Brazzaville, M. Hugues NGOUELONDELE, du président de l’AISLF, Monsieur Marc-Henri SOULET, de M. Henri OSSEBI, de l’Ambassadeur de France, M. Bertrand COCHERY et du Premier Ministre, M. Clément MOUAMBA. Tous ont rappelé le rôle majeur joué par Georges Balandier dans l’émergence d’une pensée africaine dans le domaine de la sociologie et de l’importance de son apport dans le développement des pensées politiques africaines.
Les deux journées de colloque se sont poursuivies avec l’intervention d’universitaires, de chercheurs, d’historiens, d’écrivains sur les quatre thématiques retenues : Georges Balandier, l’homme et l’œuvre, Le Congo dans l’œuvre de Georges Balandier, l’apport de Balandier comme théoricien du social et enfin, l’analyse du politique. Quelque deux cent cinquante personnes ont suivi les travaux du colloque dont les actes feront l’objet d’une publication dans Géopolitique africaine.
Tout en rappelant l’héritage anthropologique et sociologique laissé par ce spécialiste de l’Afrique, le Député-Marie de Brazzaville et le Premier Ministre ont souhaité que Georges Balandier puisse être honoré par l’ancienne capitale de la France libre en donnant son nom à une avenue ou à un bâtiment. L’Ambassadeur de France a fait le vœu que la production académique de ce colloque puisse faire l’objet d’une présentation lors du prochain salon mondial du livre en Guinée-Conakkry. Enfin, M. Henri OSSEBI s’est réjoui d’avoir pu payer sa dette à son ancien professeur universitaire Georges Balandier qui aura façonné tout son parcours intellectuel et politique.
Un cocktail à la Case de Gaulle est venue parachever ce colloque qui a témoigné de la communauté de pensées existant entre La France et le Congo et de l’importance du continent africain dans les sciences sociologiques et anthropologiques.

Dernière modification : 24/03/2017

Haut de page