Introduction

La coopération de défense est le volet militaire de la coopération conduite par les services de l’ambassade de France. Elle est intégrée au sein de différents commandements et directions du ministère de la défense nationale de la République du Congo. Placée sous l’autorité de l’attaché de défense, la coopération de défense repose sur deux piliers complémentaires : la coopération structurelle et la coopération opérationnelle.

JPEG

La coopération structurelle est menée de manière continue par huit coopérants militaires sous la forme de cinq projets et par le détachement de coordination militaire (DCM).
Les projets, qui évoluent dans le temps en fonction des progrès accomplis et des besoins exprimés par le partenaire, permettent de porter des efforts dans des domaines spécifiques : Développement des structures du ministère, amélioration de la gestion administrative et financière, planification et conduite des opérations, montée en puissance de la formation des cadres dans les écoles militaires congolaises, maitrise des enjeux de la sécurité maritime dans le golfe de Guinée sont les domaines d’action et de conseil de quatre chefs de projets. Le cinquième projet, projet phare de la coopération de défense au Congo, est l’appui à l’organisation et au fonctionnement de l’école génie travaux, école militaire congolaise faisant partie du réseau des 14 écoles nationales à vocation régionale (ENVR) déployées dans 10 pays d’Afrique francophone sous l’impulsion de la France.
En complément et en appui des chefs de projet, le détachement de coopération militaire est la cheville ouvrière permettant de former des cadres du ministère de la défense nationale du Congo soit dans les écoles militaires françaises, soit dans les autres ENVR. Avec des effectifs dont le nombre croit chaque année depuis 1999, ce sont aujourd’hui plus d’une vingtaine de militaires congolais formés en France pour des stages de quelques semaines à trois ans et une soixantaine dans les 13 ENVR en Afrique, hors celle du Congo.

Second pilier de la coopération de défense, la coopération opérationnelle est menée sous la forme de détachements d’instruction opérationnelle (DIO), conduits principalement par les éléments français du Gabon (EFG) et son bras armé, le 6e bataillon d’infanterie de marine stationné à Libreville. Les DIO, qui se déroulent au Congo ou au Gabon, permettent, par des actions de formation ponctuelles, de former des détachements à des techniques spécifiques (commando, capacité aéroportée, secourisme de combat, etc.) ou de préparer les unités avant leur projection en opération extérieure. Cette mise en condition opérationnelle avant projection porte alors sur tous les échelons du bataillon, dans les domaines d’efforts prioritaires définis en commun : planification et conduite des travaux d’état-major, manœuvre, tir, etc.
Les marins présents à l’occasion des escales de bâtiments de la marine nationale française à Pointe-Noire mènent également des DIO au profit des marins congolais, deux à quatre fois par an.
Les 14 DIO conduits en 2017 ont permis de former plus de 1 000 militaires congolais.

Dernière modification : 20/09/2017

Haut de page